Le métèque

24.05.2013


Georges Moustaki 1934 - 2013

Ich habe seine melancholischen, zärtlichen und poetischen Chansons unendlich geliebt.
Et je l'ai adoré. Schön und geheimnisvoll, wie er aussah. Er, der sich in einem seiner Chansons als 'Le métèque' besungen hat. Ausländer. Fremder. Und Vagabund, dessen Haare vom Wind zerzaust wurden.
Das fuhr ein und traf mitten hinein in die jugendliche Sehnsucht nach Weite und Weggehen.
Beim Erinnern der schönsten und unvergesslichsten Konzerte ist seines ganz vorne dabei.
Das war 1973 hier im Stadtcasino.
Gestern ist er gestorben.
Georges Moustaki.
Bon voyage, Georges,dans le bleu eternel...




Le métèque

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Avec mes yeux tout délavés
Qui me donnent l'air de rêver
Moi qui ne rêve plus souvent
Avec mes mains de maraudeur
De musicien et de rôdeur
Qui ont pillé tant de jardins
Avec ma bouche qui a bu
Qui a embrassé et mordu
Sans jamais assouvir sa faim

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
De voleur et de vagabond
Avec ma peau qui s'est frottée
Au soleil de tous les étés
Et tout ce qui portait jupon
Avec mon coeur qui a su faire
Souffrir autant qu'il a souffert
Sans pour cela faire d'histoires
Avec mon âme qui n'a plus
La moindre chance de salut
Pour éviter le purgatoire

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Je viendrai, ma douce captive
Mon âme soeur, ma source vive
Je viendrai boire tes vingt ans
Et je serai prince de sang
Rêveur ou bien adolescent
Comme il te plaira de choisir
Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d'amour
Que nous vivrons à en mourir.

Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d'amour
Que nous vivrons à en mourir.

2 Kommentare:

Annette Weber hat gesagt…

Mir ging es genau wie dir. Als ich gestern hörte, dass er gestorben ist, war ich total traurig. Danke für deinen Post.

Gruß Annette

Hausfrau Hanna hat gesagt…

Seine Chansons bleiben,
liebe Annette,
und die höre ich nun wieder. Und erinnere mich...
Herzlich Hausfrau Hanna